GENOCIDE / SOYKIRIM 2015

Çağrı: “Süreç”, inkarcılığı Soykırım’ın 100. Yıldönümü’nden önce gömmelidir

Türkiye aylardır adı, hedefleri, perspektiferi ve uygulama biçimleri sık sık değişikliğe uğrayan bir “süreç” yaşıyor.

Evlat acısına derhal son verilmesi, ülkenin hızla demokratikleştirilmesi ve Türkiye halklarının özgürlük ve hak eşitliği istemlerinin karşılanması konusunda tüm demokrasi güçleri görüş birliği halindedir.

Ancak, barış ve demokratikleşme hamlesinin “islam kardeşliği” temelinde yürütülmesi, Türk-İslam fütuhatı öncesi bu topraklarda uygarlıklar kurmuş ama Osmanlı ve Cumhuriyet dönemlerinde sürekli baskı, dışlanma ve aşağılanmaya maruz bırakılmış olan farklı kökenlerden ve inançlardan halklarımızın yine  dışlanmasından ve aşağılanmasından başka bir anlam taşımayacaktır.

Bunun içindir ki, “süreç”in başlıca tarafları, yarın 98. yıldönümünü idrak edeceğimiz 1915 Ermeni ve Asuri Soykırımı’nı resmen tanıdıklarını, sayısı 1,5 milyonu bulan soykırım ve sürgün kurbanlarının ve ülkemizi terketmek zorunda kalan milyonlarca insanımızın gaspedilen tüm haklarının iade edilmesini taahhüt ettiklerini resmen açıklamalıdır,

Bu en azından bir insanlık görevdir.

Dahası, bu “süreç”in başlıca tarafları, soykırımın iki yıl sonra idrak edilecek olan 100. yıldönümünde, sadece Türkiye’de değil, tüm dünyada, özellikle de Türk göçmenlerin ve Türkiye çıkışlı Ermeni, Asuri, Kürt, Ezidi ve Elen diyasporalarının yan yana yaşadığı göç ülkelerinde soykırımı tanıma, özür dileme ve hakların iadesi kampanyalarına yapıcı katılımı öncelikli görevlerden biri olarak üstlendiklerini taahhüt etmelidirler.

1915’in 98. yıldönümünde soykırım ve sürgün kurbanı halklarımızın dinmeyen acısını bir kez daha yürekten paylaşıyor, ülkemizin tüm demokratik güçlerini 100. yıl hedefi doğrultusunda kararlı bir tavır koymaya çağırıyoruz.

Brüksel 23 Nisan 2013

INFO-TÜRK VAKFI
http://www.info-turk.be

Appel: le “Processus” doit enterrer le négationnisme avant le 100e anniversaire du génocideLa Turquie observe depuis des mois un «processus» dont le titre, les objectifs, les perspectives et les moyens d’application subissent fréquemment de nouvelles modifications.

Un terme immédiat à la souffrance des jeunes tombés, une démocratisation rapide du pays et la reconnaissance de la liberté et de l’égalité des droits pour tous les peuples de la Turquie sont une revendication commune de toutes les forces démocratiques du pays.

Toutefois, si cette initiative de paix et de démocratisation est menée sous la bannière de la «fraternité islamique», il n’apportera jamais rien d’autre que l’exclusion et l’humiliation de nos peuples appartenant à d’autres origines et croyances qui avaient mis en place de nombreuses civilisations avant la conquête turco-islamique de ces terres et soumis pendant des siècles à des pressions et des discriminations sous les pouvoirs ottoman et républicain.

C’est la raison pour laquelle, les principaux acteurs du «processus» doivent déclarer qu’ils reconnaissent le génocide de 1915 des Arméniens et des Assyriens dont le 98e anniversaire sera observé demain. En même temps, ils doivent officiellement promettre de rendre les droits usurpés de 1,5 milliard de victimes du génocide et la déportation.

C’est un devoir envers l’humanité.

En outre, les principaux acteurs de ce “processus” doivent garantir qu’ils seront, à l’occasion du 100e anniversaire du génocide en 2015, participer de façon constructive dans les campagnes, non seulement en Turquie, mais partout dans le monde, surtout dans les pays où des migrants turcs et les diasporas arménienne, assyrienne, kurde, yézidi et grecque vivent côte à côte.

A l’occasion du 98e anniversaire de 1915, nous partageons de tout cœur la douleur de nos peuples, victimes du génocide et des déportations, et appelons toutes les forces démocratiques de notre pays à adopter d’ores et déjà une prise de position résolue pour le 100e anniversaire.

 

Bruxelles, le 23 avril 2013FONDATION INFO-TURK
http://www.info-turk.be

 
Appeal: The “Process” should bury the Negationism before the 100th anniversary of the GenocideTurkey observes for months a “process” of which the title, goals, perspectives and application ways frequently undergo modifications.

An immediate end to the suffering for fallen youths, a rapid democratization of the country and recognition of freedom and equality of rights for Turkey’s all peoples are the common demand of the country’s all democratic forces.

However, if this peace and democratization move is conducted under the banner of “Islamic brotherhood”, it will never bring nothing other than exclusion and humiliation of our peoples belonging to other origins and beliefs who had established many civilizations before the Turkish-Islamic conquest of these lands and subjected for centuries to pressures and discriminations under Ottoman and Republican rules.

This why, the principal actors of the “process” should declare that they recognize the 1915 Genocide of Armenians and Assyrians of which the 98th anniversary to be observed to-morrow. Also they should officially promise to render the usurped rights of 1.5 billion victims of the genocide and the deportation.

This is a duty to humanity.

Furthermore, the principal actors of this “process” should guarantee that they will, on the occasion of the 100th anniversary of the Genocide in 2015, constructively participate in the campaigns, not only in Turkey but in all world, especially in the countries where Turkish migrants and Armenian, Assyrian, Kurdish, Yezidi and Greek diasporas live side by side.

On the occasion of the 98th anniversary of the 1915, we share by heart the pain of our peoples, victims of genocide and deportations, and call on all democratic forces of our country to adopt a resolved stand for the 100th anniversary.

Brussels, April 23, 2013

INFO-TURK FOUNDATION
http://www.info-turk.be

L’UGAB Europe et EGAM commémorent le génocide arménien à Istanbul

L’UGAB Europe et EGAM (Mouvement Antiraciste Européen) sont invités par DürDe ! (Dis Stop au Racisme et au Nationalisme !) à commémorer le génocide arménien à Istanbul en Turquie.

Des représentants des trois organisations iront ensuite à Erevan (Arménie) pour participer aux commémorations.

Bruxelles, le 19 avril 2013,

Pour la première fois depuis la perpétration du génocide de 1915, il y a 98 ans, une délégation européenne, constituée d’une vingtaine de personnes venues de quinze pays, sera présente en Turquie pour les commémorations du génocide arménien, qui s’y tiendront pour la 4e année consécutive.

L’organisation arménienne UGAB Europe répond ainsi à l’appel des ONGs turques DürDe ! (« Dis stop au racisme et au nationalisme ! ») et Association pour les Droits de l’Homme – IHD, partenaires d’EGAM en Turquie, qui ont demandé le soutien de la société civile turque engagée pour la reconnaissance du génocide arménien en venant participer aux commémorations en Turquie cette année. L’EGAM a invité l’UGAB Europe à constituer une délégation commune.

Pendant quatre jours, la délégation rencontrera des représentants de la société civile – intellectuels, turcs, kurdes, arméniens, artistes,… – des représentants des minorités et le monde de la jeunesse avec une conférence à l’Université Sehir et participera aux commémorations du 24 avril. Le 25, des représentants de cette délégation seront à Erevan pour y commémorer ensemble le génocide arménien.

Cette délégation est une initiative de solidarité avec ces Turcs engagés pour la vérité historique, qui ont appelé à sa constitution. C’est une initiative de justice contre le négationnisme, qui est la continuation de la perpétuation du génocide. C’est enfin un engagement pour la démocratie, renforcée par la vitalité de la société civile.

L’initiative est soutenue par de nombreuses personnalités (dont Serge Klarsfeld, Dario Fo, Adam Michnik, Bernard Kouchner, Olivero Toscani, Jovan Divjak, etc.) et de nombreux représentants de la société civile européenne, turque et arménienne, qui ont signé un appel en ce sens. L’appel devrait être publié dans les prochains jours dans la presse européenne, et notamment dans Libération (France), SME (Slovaquie) et Gazeta Wyborcza (version web, Pologne).

Les commémorations se dérouleront à Sultanahmet et Taksim, respectivement à 14h et 19h15. Un point presse aura lieu la veille, le 23 avril, à 11H au Cezayir restaurant.

Le génocide arménien : en 1915, l’importante population arménienne de l’Empire ottoman fut exterminée sur ordre de la junte de dirigeants Jeunes Turcs au pouvoir. Depuis lors, la République turque a institué la négation de ce génocide en politique officielle, et sanctionné toute affirmation du passé arménien du pays.

L’UGAB fut fondée en 1906 et est la plus grande organisation arménienne sans but lucratif au monde. Elle a pour vocation la préservation de l’identité et du patrimoine arménien par des programmes culturels, éducatifs et humanitaires dont bénéficient près de 400 000 personnes. L’UGAB Europe est la branche européenne de l’organisation. Elle anime de nombreuses activités dans les domaines de la recherche universitaire, de la défense et de la promotion du patrimoine culturel, de l’éducation, de la culture et de l’instruction de la langue arménienne, des mouvements de jeunesse, de la formation au leadership ainsi qu’en matière de politiques européennes.

Appel

Frères humains, c’est en Turquie et ensemble que nous commémorerons le génocide arménien

Il y a quatre-vingt-dix-huit ans, suivant un plan établi à l’avance et une mise en acte méthodique, un million et demi d’Arméniens étaient assassinés dans l’Empire Ottoman. Les Arméniens subissaient alors un génocide qui allait devenir une funeste référence pour les suivants.

Encore aujourd’hui, notamment en Turquie, la simple énonciation de cette vérité historique suscite, contre ceux qui en sont les auteurs, des oppositions farouches, parfois même des menaces physiques, et le négationnisme alimente le racisme et la haine contre les Arméniens et d’autres minorités non-musulmanes.

Certains veulent faire croire que la reconnaissance de la réalité du génocide arménien est une attaque contre tous les Turcs et contre la « Turcité », alors que c’est une attaque contre le négationnisme et une démarche pour la justice et la démocratie.

Depuis plusieurs années maintenant, le génocide arménien, qui fait partie de l’histoire du monde, est commémoré en Turquie. Les participants sont encore peu nombreux mais leur nombre grandit chaque jour malgré le discours officiel négationniste.

Aujourd’hui, ceux d’entre nous qui commémorent en Turquie appellent à une solidarité par delà les frontières. C’est pourquoi cette année, tous ensemble, citoyens engagés, dirigeants de la société civile, militants antiracistes, intellectuels et artistes, de Turquie et d’ailleurs en Europe, d’origines diverses et tous unis par le désir de voir la vérité historique enfin reconnue, nous commémorerons, en Turquie, le 24 avril prochain, le triste quatre-vingt-dix-huitième anniversaire du génocide des Arméniens.

Notre démarche partagée est une démarche de solidarité, de justice et de démocratie.

C’est une démarche de solidarité entre tous ceux qui se battent pour la vérité historique. La ligne de clivage n’est pas entre les Turcs et les Arméniens, mais entre ceux qui se battent pour la reconnaissance du génocide arménien, quelles que soient leurs origines et les lieux où ils vivent, et ceux qui promeuvent le négationnisme, qui et où qu’ils soient. En un mot, ce n’est pas une question de sang mais d’idée, pas une question d’origines mais de projet commun.

C’est une démarche de justice. Comme le dit Elie Wiesel, « le génocide tue deux fois, la seconde par le silence », c’est-à-dire que le négationnisme est la perpétuation du génocide. Combattre le négationnisme, c’est tenter d’apaiser la vivacité du traumatisme transmis dans les communautés arméniennes d’une génération à l’autre. Ce n’est pas mettre un point final à cette part d’histoire, car quand il est affaire de génocide, il n’est malheureusement pas de point final véritable, mais c’est offrir aux nouvelles générations la possibilité de se projeter ensemble vers l’avenir.

C’est enfin une démarche pour la démocratie. Comme le rappelait souvent Jorge Semprun, la démocratie suppose une certaine vitalité de la société civile. Renforcer la société civile turque en établissant des ponts avec le reste de la société civile européenne, c’est renforcer les valeurs démocratiques, et ainsi combattre le racisme et promouvoir les droits de l’homme, en Turquie comme dans le reste de l’Europe.

Avec solidarité, pour la justice et la démocratie, avec respect pour les victimes et leurs descendants, nous commémorerons ensemble, en Turquie, le 24 avril prochain, le génocide des Arméniens, ou soutiendrons ceux qui le feront.

Texte et signataires de l’appel:
http://www.armenews.com/article.php3?id_article=88966

Bruxelles, 98ème commémoration du génocide arménien

Mercredi 24 avril 2013

A la mémoire des 1.500.000 Arméniens victimes du génocide

A 10h : Messe suivie d’un Requiem en l’église arménienne à Ixelles, rue Kindermans, 1A

Vers 12 h : Cérémonie au Mémorial à Ixelles, place Michaux (parc Tenbosch)

Le Comité des Arméniens de Belgique
Correspondance : Chaussée de Bruxelles, 281-283, 1190 Bruxelles
Contact: 24-4@armencom.be

Appel à manifester

MERCREDI 24 AVRIL 2013
A PARTIR DE 14:00

RASSEMBLEMENT DEVANT L’AMBASSADE DE TURQUIE
(rue Montoyer)

MARCHE JUSQU’AU CONSEIL EUROPEEN
(rond-point Schuman)

Cette manifestation a pour objectif de:
– Demander la reconnaissance officiel du génocide des Arméniens par la Turquie, qui 98 ans après les faits, continue à nier ses crimes;
– Combattre le négationnisme de l’Etat turc;
– Demander l’adoption de la loi en Belgique qui punit également le négationnisme des génocides arménien et tutsi.

Organisée par
Le Comité de 24 AVRIL de Belgique
Contact: hacikdemirci@hotmail.com,  p.petrossian@gmail.com

453 kez okundu.

Check Also

Hrant Dink katledilişinin 17. Yılında Nürnberg`de Anılacak!

Düzenleyicileri arasında Avrupa Sürgünler Meclisi (ASM) ninde yer aldığı 19 Ocak 2024 tarihinde yapılacak etkinlikle …

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir